Au ski : plutôt casse-cou, bon vivant ou roi de la glisse ?

0

En hiver, les stations de ski accueillent des profils bien différents. Entre les mordus de glisse, les skieurs au look improbable ou encore les casse-cou : portraits des amateurs de glisse rencontrés sur les pistes et fidèles au poste chaque année.

Le passionné

Amoureux des sports d’hiver, il campe sur les pistes dès leur ouverture et jusqu’à la tombée de la nuit. Ses vacances au ski, il les attend depuis des semaines : autant dire qu’une fois sur place, il compte bien rentabiliser au maximum son forfait. La rumeur raconte qu’il dort avec sa planche de surf au pied pour perdre moins de temps. Celui qui rentre de vacances avec des courbatures dans chaque muscle, la marque de ses lunettes de soleil et des étoiles plein les yeux malgré tout : c’est lui.

L’énervant

Sur des skis ou sur un snowboard, il maîtrise l’art de la glisse à la perfection. Il arrive à bout des pistes noires avec une facilité déconcertante tandis que vous avez frôlé la crise cardiaque environ 4 fois avant même d’avoir franchi la première bosse. En plus d’être terriblement doué, il multiplie les conseils et les encouragements quand vous perdez l’un de vos skis ou finissez votre course dans un sapin. S’il force l’admiration, on jalouse tous un peu ce skieur surdoué au fond de nous et on aimerait le voir tomber, juste une fois, pour voir.

Le surdoué… En théorie

Il connaît le nom de toutes les figures, juge la qualité de la neige d’un simple regard et déborde de conseils sur la bonne façon de placer ses genoux ou de planter ses bâtons. Il raconte à qui veut l’entendre qu’il aurait pu devenir skieur professionnel s’il n’avait pas eu cette dramatique blessure au genou en faisant de la trottinette en CM2. Mais une fois sur les pistes, le soufflé retombe un peu ; la faute aux enfants qui skient dans tous les sens ou à la neige trop molle à son goût, généralement.

L’épicurien

Les joies de la glisse, très peu pour lui. Aussi à l’aise sur des skis qu’en talons aiguilles sur la banquise, il préfère attendre le reste du groupe bien au chaud et siroter un chocolat viennois en terrasse, face aux sommets. À la fin de la journée, il n’a qu’une hâte : retrouver tous ses amis autour d’une bonne raclette, d’une tartiflette ou de n’importe quel autre plat diététique dont nos montagnes ont le secret. Sa devise ? « Après le réconfort… Le réconfort ».

Une autre échappée : Les traditions culinaires de Savoie

Le novice

C’est son baptême de ski, et ça se voit : pour sa première fois sur les pistes, un ami lui a prêté une combinaison hors d’âge, un modèle collector orange et vert avec les jambes évasées et un écusson « J.O. de Grenoble 1968 » brodé sur la poitrine. Tremblant sur ses skis comme un faon faisant ses premiers pas, il n’apprendra que deux choses à la fin de ses vacances : la technique du chasse-neige et la meilleure méthode pour appliquer sa crème antidouleur.

La fashion-victim

La combinaison trop large et le bonnet de lutin bariolé, très peu pour lui. Couvre-chef assorti aux gants et au cache-nez, tenue savamment choisie qui flatte sa silhouette, coiffure travaillée qui lui interdira tout effort sous peine de ruiner sa coupe de cheveux… S’il vient au ski, c’est uniquement pour enrichir sa collection de selfies et faire quelques descentes à l’occasion, pour étrenner sa planche de surf. Assortie à ses lunettes, évidemment.

Le mini-skieur

Probablement le plus dangereux des profils que vous rencontrerez sur les pistes, du fait de son côté imprévisible. Deux possibilités : d’un côté, les petits skieurs en herbe qui skient déjà comme des pros et vous ridiculisent en un rien de temps. De l’autre, les terreurs des neiges qui ne maîtrisent pas encore l’art de s’arrêter et surgissent de nulle part pour s’écraser brutalement contre vos jambes. Signes distinctifs : leurs bonnets à pompons et leurs rires frénétiques en cas de chute. En cas de rencontre inopinée : ne prenez aucun risque, fuyez (sauf si le mini-skieur est votre enfant).

Vous voilà prêt à affronter la faune des pistes de ski. Bonnes vacances !

Les commentaires sont fermés.