La route thermale des Pyrénées : le thermalisme à travers les cols

0

La Route des cols, dont l’ancienne appellation est la Route thermale des Pyrénées, traverse les Pyrénées de l’Océan Atlantique à la Mer Méditerranée en passant par 34 cols de montagne.

Parcours touristique pour les amateurs de randonnées, de nature préservée et de thermes, cette route historique regorge de trésors naturels à découvrir ou à revoir.

De part en part de la route des cols

Ne traversant pas moins de 6 départements, la route thermale des Pyrénées déploie une succession de vallées, de bains et de cols notamment, les Cols d’Aubisque, de Marie Blanque, d’Aspin et de Portée d’Aspet.

Véritable itinéraire touristique, la Route des cols promet aux voyageurs des paysages panoramiques emprunts de bien être et de beauté.

Reliant les principaux bains des Pyrénées (renvoi vers la fiche département Pyrénées Atlantique Béarn), cette route a également mis à découvert les forêts, les mines, les carrières de marbre et les ardoisières qui la longent.

L’histoire du thermalisme dans les Pyrénéens

Les Routes thermales des Pyrénées ont été créées et mises en lumière par Napoléon III qui souhaitait valoriser et développer le thermalisme dans cette région.
Alors âgé de 59 ans, l’empereur, accompagné de son épouse Eugénie, fréquentait pour des raisons de santé les thermes des Pyrénées.

Les passages réguliers de l’empereur, escorté par le ministre d’Etat Achille Fould, également député des Hautes-Pyrénées, ont conduit à de nombreux aménagements, notamment la Route Impérial N°21 reliant Lourdes à Huesca.

Enchanté par ses voyages, il aménagera 4 autres routes thermales dans les Pyrénées.

Jusque dans les années 1930, ces routes thermales n’étaient que des chemins de campagne. A cette date, une réforme intègre de nombreuses routes et chemins, dans le réseau français des routes nationales.
Les routes thermales napoléoniennes font partie de cette transformation :

  • La route nationale n° 618 intègre la route thermale allant d’Argelès-sur-Mer à St Jean-de-Luz ;
  • La route nationale n° 135 intègre la route reliant Bagnères-de-Luchon à Sainte-Marie-de-Campan ;
  • La route thermale reliant Prats-de-Mollo à La preste est devenue quant à elle la route nationale n°115.

Le thermalisme dans les Pyrénées aujourd’hui

Entre sources d’eaux chaudes naturelles, thalassothérapies et balnéothérapies, les routes thermales des Pyrénées offrent des moments de détente et de bien-être ; les Eaux de Bonnes à proximité de Gourette, les thermes de Cauterets, les bains d’Argelès-Gazost…

Les vertus du thermalisme

Outre le bien-être qu’elles procurent, les eaux thermales des Pyrénées reconnues pour leur teneur en sulfure, en silice, en chlorure et en sodium, permettent de soigner les maux liés aux voies respiratoires et aux voies urinaires, les maladies de l’appareil digestif, les affections cardio-arterielles, les infections dermatologiques et les rhumatismes.

Les cosmétiques

De nombreux cosmétiques, soins de beauté et produits de détente sont élaborés à partir d’eaux et de plancton thermal dont les propriétés antioxydants et régénératrices ne sont plus à démontrer.

Laisser un commentaire