La vallée du Valgaudemar : un caractère gravé dans la roche

0

Nichée au creux du massif des Écrins, la vallée du Valgaudemar témoigne, été comme hiver, de la rigueur de la vie montagnarde, dans un environnement à la fois rude et fascinant.
Entre falaises escarpées, sommets majestueux et rivières bouillonnantes, découvrez la vallée du Valgaudemar en hiver, habillée de son épais manteau neigeux.

Le Valgaudemar, vallée de montagne par excellence

La place modeste laissée à l’installation humaine, la hauteur de ses montagnes, le faible ensoleillement de la vallée en hiver, les crues régulières de la Séveraisse et les avalanches fréquentes de pierres et de neige ont fait du Valgaudemar une vallée isolée et en apparence hostile. Si les alpinistes et les promeneurs s’y pressent pour se mesurer à ses reliefs en été, la région regagne sa quiétude en hiver, enveloppée d’une épaisse couche de glace qui suspend le cours de l’eau et du temps.

Épargnée par les années qui passent, la vallée a conservé une tradition pastorale très ancrée, en partie grâce aux aides accordées par le Parc National des Écrins. Le Valgaudemar est encadré par une série de sommets culminants à plus de 3 000 m, parmi lesquels l’emblématique Sirac, l’Olan ou encore le Gioberney, qui renforcent un peu plus l’impression d’un village isolé où le temps s’est arrêté.

La roche, omniprésente, témoigne de l’activité ancienne des glaciers qui dominaient la région dans le passé. De nombreuses cascades viennent à présent animer le paysage et bouillonnent aux pieds des pierres, du Voile de la Mariée à la cascade de Combe-Froide, en passant par le Casset. Les lacs majestueux de Lauzon et de Pétarel apportent un peu de quiétude à ce panorama, tandis que les glaciers de Rouies, de Condamine et de Sirac parachèvent le décor de la vallée du Valgaudemar.

Au milieu de ce décor aussi hostile que sublime, le règne végétal a tout de même réussi à se frayer un chemin, à l’image des forêts de résineux qui s’étendent sur la rive gauche de la vallée en hiver. La faune s’est également imposée parmi les rochers, et les tétras lyres cohabitent avec les chamois en toute quiétude.

Valgaudemar, une vallée qui bouge…même en hiver !

Malgré ses contraintes géographiques et climatiques, la vallée du Valgaudemar reste animée même en hiver. La pratique du ski de montagne et du ski de fond permet par exemple de découvrir ses panoramas exceptionnels et ses villages, puisque le domaine skiable s’étend sur 20 km environ et longe les rives gelées de la Séveraisse avant de relier les habitations typiques de montagne.

L’enneigement abondant est aussi favorable aux promenades en raquettes et à la marche nordique, deux autres manières de découvrir la faune et la flore du pays. Différents itinéraires existent afin de découvrir le patrimoine de la vallée et ses particularités.

Les plus courageux s’essaieront plutôt à l’escalade sur l’une des nombreuses cascades glacées par le froid hivernal, de décembre à mars. Plus insolites que la roche, ces murs éphémères et translucides de plusieurs mètres de haut devraient ravir les amateurs de sensations fortes.

Le Valgaudemar, vallée de caractère, saura s’attirer les faveurs des vacanciers en quête de tranquillité et l’intérêt des sportifs à la recherche de nouveaux défis.

Si vous aimez gravir des sommets et parcourir des sentier gravés dans la roche tout en profitant du paysage, nous vous recommandons les carrières d’ocre de Rustel.  Couramment surnommées « Le Colorado provençal » ces carrières sont le fruits d’un travail conjoint de l’Homme et de la nature.  Elles se caractérisent par un dédale de paysages calcaires aux tons surréalistes et dotés d’une beauté singulière.

Les commentaires sont fermés.