Les cabarets parisiens, un patrimoine culturel

0

Dans le patrimoine culturel parisien, les cabarets se taillent une place de choix. Moulin Rouge, Lido, Crazy Horse, leurs noms font rêver les touristes du monde entier. Avec des spectacles originaux et excentriques couplés à des dîners gastronomiques, ces établissements constituent une étape indispensable pour s’immerger dans la culture parisienne.

Découvrez les cabarets parisiens, leur extravagance, leurs paillettes et leur histoire riche qui participe au mythe qui les entoure.

Les cabarets parisiens, à l’origine de la légende

En France, pendant la Belle Époque, les cafés-concerts fleurissent au sein de Paris et permettent d’abolir les clivages sociaux le temps d’une soirée. Les spectateurs, quelle que soit leur origine sociale, pouvaient alors y consommer des repas et des boissons, tout en admirant un spectacle pour un prix peu élevé.

Parmi les établissements les plus célèbres, le Chat Noir fut l’un des premiers cabarets parisiens. Créé en 1881 à Montmartre, ce café fut le symbole de la Bohème à la fin du XXe siècle et l’un des grands lieux de rencontre du Tout-Paris, attirant Alphonse Allais, Jean Richepin ou encore Paul Delmet autour de ses tables. Véritable échappatoire pour ses clients de l’époque, cet établissement majeur du patrimoine culturel parisien dut fermer ses portes en 1897.

À la même époque, les Folies Bergères accueillaient une clientèle libre de garder son chapeau dans le café, de parler, de manger et de fumer comme ils le souhaitaient, affranchis de toute règle sociale. Chanteurs, danseurs et jongleurs ont accompagné les heures de gloire du café, au même titre que les personnages sensationnels qui suscitaient la curiosité de bien des badauds. Là aussi, toutes les couches de la société se mêlent, se rencontrent, des riches propriétaires aux prostituées. Ce n’est qu’à l’approche de la 1ère Guerre Mondiale que la hausse des prix a fait des Folies Bergères un lieu réservé aux plus aisés.

Des artistes comme Maurice Chevalier, Mistinguett ou encore Joséphine Baker ont largement contribué à faire entrer le lieu, toujours en activité, dans le patrimoine parisien.

Délaissé pendant un moment, le cabaret renaît sous la forme d’un café-théâtre, dans les années 70. Entre périodes fastes et passages à vide, ces cabarets modernes résistent au temps et offrent une scène à de nombreux chanteurs, humoristes et comédiens. Les plus célèbres cabarets parisiens, comme Le Port du Salut, le Point-Virgule ou encore le Don Camilo, perpétue cette tradition, avec moins d’extravagance que leurs prédécesseurs.

Cabarets parisiens : paillettes et démesure

Pour admirer des spectacles extravagants, pas besoin de faire un saut dans le passé. Le Moulin Rouge, célèbre cabaret parisien à la renommée mondiale, se caractérise par ses revues au cachet inimitable. Fondé en 1889 et situé au pied de la Butte Montmartre, son nom et son style ont été copiés dans les cabarets du monde entier. Berceau du French Cancan, point de rendez-vous de Toulouse-Lautrec, Braque, Renoir ou encore Appollinaire, le cabaret irrévérencieux s’illustre aujourd’hui par ses revues millimétrées menées par des danseuses en costumes de lumière.

Le Lido, qui borde l’Avenue des Champs-Élysées depuis 1946, abritait à l’origine un lieu de divertissements et une piscine dédiée aux classes sociales défavorisées. Fermé puis rouvert en 1936, la piscine disparaît et le cabaret parisien développe le concept de « dîner spectacle » repris dans le monde entier. Victime de son succès, la salle mythique s’agrandit en 1977 et accueillera Shirley MacLaine, Laurel et Hardy ou encore Elton John. Ouvert tous les jours de l’année et avec deux spectacles proposés chaque jour, la machine bien huilée ne semble pas prête de s’arrêter.

Parmi les figures du patrimoine culturel parisien, le Crazy Horse est le dernier des établissements à voir le jour, en 1951, dans d’anciennes caves réunies à deux pas de la Seine. Au delà de ses revues spectaculaires, le cabaret est connu pour ses danseuses, réputées pour être « les femmes les plus sexy du monde ». Si Lova Moor, Rosa Fumetto, Fifi Standby ont pérennisé le mythe, les guests stars accueillies de manière périodique, comme Dita Von Teese ou Noémie Lenoir confirment régulièrement cette réputation. Copiés mais jamais égalés, ces établissements attirent toujours autant les touristes du monde entier venus admirer le faste et la grandeur du cabaret à la française.

Réservez dès aujourd’hui votre séjour dans l’hôtel Paris Magendie pour partir à la découverte des plus beaux cabarets parisiens.

Laisser un commentaire