Les plus belles stations balnéaires de la côte normande

0

Côte de Nacre, Côte d’Albâtre, Côte Fleurie, Côte d’Amour … reflètent la beauté des côtes normandes. Plages, falaises, rochers et stations balnéaires de renom dessinent ces paysages tant de fois immortalisés par de grands peintres. D’Est en Ouest, Deauville, Cabourg, Saint-Malo, La Baule sont autant de lieux mythiques bercés par les marées et les embruns.
Focus sur ces stations balnéaires de Normandie à l’atmosphère si singulière…

Deauville : une station balnéaire légendaire

Née au début du XIXème siècle de l’engouement des aristocrates pour les bains de mer et de la curiosité des artistes, Deauville est une station balnéaire où bon vivre rime avec culture.

  • Une identité architecturale ;

Un rayonnement qui se manifeste à travers la créativité et l’éclectisme de son architecture, l’originalité de son aménagement urbain, l’importance de ses jardins. Un patrimoine exceptionnel qui participe pleinement à l’ambiance ressentit au cœur de la ville et qui a permis la création d’une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) en 2005.

  • Ses célèbres plages

Les plages de cette station balnéaire normande sont le théâtre de l’histoire de la ville et de ses symboles : les Planches, le Bar du Soleil, les bains pompéiens, les parasols aux 5 couleurs, les noms des acteurs américains sur les cabines de plages.

  • Une station « culturelle »

Outre la renommée de Deauville pour les loisirs de voile et les activités équestres, la station balnéaire a suscité l’intérêt de nombreux artistes : Flaubert, Apollinaire Von Dongen, Dufy, Boudin, Coco Chanel …

Peintres, écrivains et personnalités ont laissé leurs empreintes et l’intérêt de Deauville pour la culture se manifeste encore aujourd’hui à travers notamment le Festival du Cinéma Américain, le Festival du Film Asiatique, l’événement Août Musical dédié à la musique classique et romantique, le Festival de Pâques qui révèle de jeunes musiciens talentueux et de nombreuses et régulières expositions de peintures.

Cabourg : du port de pêche à la station balnéaire de Normandie

Avant son inauguration officielle en 1855, Cabourg demeure la résidence de quelques familles de pêcheurs vivant de la mer et de récoltes agricoles. Aujourd’hui Cabourg a l’image d’une station balnéaire aussi prisée qu’élégante.

  • Une cité en éventail

L’architecte Paul Leroux proposa un plan de Cabourg-Les-Bains en forme d’éventail, voire de théâtre gréco-romain.

Aussi original qu’esthétique, ce plan prévoit des escaliers desservant les gradins (chemin qui plus tard allaient devenir des avenues), tous convergeant vers une scène centrale (le Casino). Enfin, le mur à l’arrière de la scène : le Grand Hôtel. Les façades colorées, les placards de mosaïques, les pans de bois et les toitures ornées d’épis de faitage caractéristiques de l’architecture « Belle Epoque » (rendue célèbre par Marcel Proust dans son œuvre À la Recherche du temps perdu) ne manqueront pas de vous séduire.

  • Une des plus belles plages du Calvados

Cette station balnéaire normande est prisée tant pour ses bains que sa plage où se côtoient cabines, parasols, transats et bains de soleil parés de bleu et de blanc.

  • Une histoire d’artistes

Depuis les années 50 nombreux sont les artistes à venir se produire à Cabourg : Piaf, Bécaud, Aznavour ont écrit l’histoire de Cabourg.

Saint Malo : une station balnéaire chargée d’histoire

Au-delà des plages de sable fin et des criques parsemées sur une côte découpée de dunes et de falaises, Saint Malo est une station balnéaire marquée par l’histoire.

  • Un patrimoine classé :

Fondée au XIIème siècle sur un ilot rocheux, la cité de Saint-Malo s’impose par la prestance de ses remparts longs de 1754 mètres et dont la spécificité est qu’ils sont posés sur le rocher promontoire de la ville et ne tiennent que par le poids des pierres empilées. L’enceinte primitive construite au XIIème siècle protège 16 hectares de ville jusqu’au XVIème siècle. Siméon Garangeau, architecte du roi, dirige l’agrandissement des fortifications entre 1708 et 1742 pour étendre la ville sur 24 hectares.

Classés monuments historiques depuis 1921, la citadelle de Saint-Malo regorge de Portes (Porte de Saint-Vincent, Grand ‘Porte, Porte Saint-Thomas), de Bastions ( Bastion Saint-Louis, Bastion de la Hollande, Bastion Saint-Philippe), de Forts ( Fort national, Fort de la Conchée, Fort du Petit Bé) et de Tours (Tour Bidouane).

  • L’héritage de Grands Hommes :

À la fois berceau d’explorateurs (Gouin de Beauchesne défia la Cap Horn en 1701, Mahé de la Bourdonnais mesura la forme de la terre en Laponie en 1736 …) et cité bourgeoise dont les maisons à pans de bois, les vitraux peints et les anciennes constructions de pierres témoignent, Saint-Malo demeure encore aujourd’hui une ville à l’atmosphère si singulière que l’on se sent acteur de l’Histoire.

La Baule : « Luxe, calme et volupté »

La Baule-Escoublac, dit La Baule, s’apparente à une ville où nature, beauté et art de vivre cohabitent pour les plaisirs des habitants et des touristes.

  • La naissance d’une station balnéaire normande :

Il y a plus de 100 ans, le premier train reliant Saint-Nazaire à Le Croisic, s’arrête dans une petite gare du nom de La Bôle desservant le village d’Escoublac. Ce village du littoral afin de fuir les intempéries et les tempêtes de sable s’établit à l‘intérieur des terres.

En 1879, Messieurs Hennecart et Darlu, chargés de la construction du chemin de fer, voient le potentiel touristique de la cité et décident de racheter une quarantaine d’hectares de cette magnifique baie mitoyenne à Escoublac. De 1890 à 1914, la Bôle devient une station balnéaire à part entière. Elle prendra l’orthographe « La baule » en 1896.

  • Une baie classée :

La Baule appartient au Club très élitiste des « plus belles baies du monde » qui compte pas moins d’une quarantaine de membres dont les célèbres Baie du Mont-Saint-Michel, Baie de San Francisco et Baie d’Ha Long. Ce club qui impose que chaque baie représentée doit répondre à au moins 2 critères reconnus par l’Unesco (dans la catégorie culturelle et naturelle), a pour ambition « de devenir la référence internationale pour un aménagement intelligent de l’espace côtier »

Laisser un commentaire