Parc naturel de Chartreuse : trois régions aux caractères bien marqués

0

Le parc naturel régional de Chartreuse, créé en 1995, déploie ses étendues de verdure sur plus de 76 000 hectares, à cheval sur l’Isère et la Savoie. « L’émeraude des Alpes », comme l’appelait Stendhal, a abrité l’ordre des pères Chartreux avant de s’offrir aux amoureux de la nature. Les Piémonts, l’Avant-Pays et la Haute Chartreuse constituent les trois régions du parc aux reliefs riches et contrastés.

Territoire d’exception, le parc naturel de Chartreuse s’étend sur 60 communes, à quelques kilomètres de Grenoble, Chambéry, Voiron, et à une heure de trajet de Lyon. Entre forêts denses et reliefs abrupts, terrains de jeu d’une faune éclectique, les trois régions du parc régional dévoilent des caractères bien différents.

La Haute Chartreuse

Cette région, classée en réserve naturelle d’État, constitue le cœur montagneux du parc de Chartreuse, culminant à 2 082 m à Chamechaude. Sa mosaïque de paysages s’étend sur 4 450 hectares et accueille une flore et une faune particulièrement riches, où les chevreuils côtoient les sangliers et les chamois.

Marquée par des hautes falaises calcaires surplombant des cuvettes marneuses, la Haute Chartreuse est sillonnée par les gorges de Tenaison, de Vence, du Guiers Vif ou encore du Guiers Mort. Des forêts de conifères habillent les versants des montagnes de la région, tandis que les prairies tapissent les cuvettes de moyenne altitude. Les alpages se répartissent sur les parties les plus hautes des montagnes et en fonction de la météo, le Mont Blanc et le Massif Central apparaissent à l’horizon. Des zones étendues de calcaire façonnées par le temps offrent des paysages très minéraux, appelés Lapiaz.

Les Piémonts

Les Piémonts font le lien entre le parc naturel de Chartreuse et les grandes vallées alluviales. Ils bordent le territoire du parc au nord, entre la retombée des reliefs de la Haute Chartreuse et la cluse morte de Chambéry, tapissée de dépôts glaciaires. Les Piémonts présentent des paysages ouverts, contrastés et marqués par l’effondrement du Granier en 1248, donnant lieu à l’une des plus grandes falaises calcaires de France. Longeant le versant oriental du massif de Chartreuse, cette région comprend également quelques pentes boisées et des replats abritant les anciens hameaux, et enfin des pentes plus douces progressivement grignotées par les aménagements périurbains.

L’Avant-Pays

L’Avant-Pays du parc naturel de Chartreuse est formé de chaînons calcaires et de collines molassiques, des collines de grès tendre mêlé d’argile se formant au pied des montagnes. Cette région constitue un élément de transition entre la plaine du Bas Dauphiné au sud et les chaînons du Jura au nord. Occupant la partie ouest du parc, elle est entrecoupée de coteaux et de petites plaines. Son paysage se démarque par une agriculture semi-intensive qui cède progressivement sa place à l’urbanisation, à l’approche des agglomérations. L’élevage bovin se maintient sur les coteaux et permet de conserver un paysage de bocage parsemé de quelques vergers. Si l’empreinte de l’Homme est bien visible dans cette région du parc, l’Avant-Pays regorge de zones naturelles admirables et verdoyantes.

Le parc naturel de Chartreuse se démarque par ses paysages uniques, sa biodiversité exceptionnelle, mais aussi par ses ressources agricoles et artisanales. Afin de faciliter la pratique de la randonnée, plus de 1300 kilomètres de sentiers sont balisés pour répondre aux envies de tous les adeptes, depuis la balade familiale jusqu’à la grande randonnée. De nombreuses autres activités sont proposées pour découvrir le parc régional : ski, raquettes, spéléologie, vol libre, escalade, cyclotourisme ou encore VTT. En parallèle, de nombreuses manifestations ponctuent la vie du parc au fil des saisons.

Laisser un commentaire