Val d’Isère : avant la station de ski, l’histoire d’un village

0

Val d’Isère s’est construit une réputation internationale grâce à sa station de ski réputée et ses somptueux paysages de montagne. Pour autant, cette commune savoyarde nichée au cœur du massif de la Vanoise n’a pas toujours vécu au rythme des saisons de ski.
Découvrez l’histoire de Val d’Isère avant l’avènement des sports d’hiver, avec Belambra.

Val d’Isère, des Celtes aux Savoyards

L’altitude des lieux n’a pas empêché l’Homme de s’installer à Val d’Isère, bien au contraire : sa présence est attestée bien avant l’ère chrétienne. Les Ceutrons, peuplade Celte, sont les premiers à s’établir dans le vallon perché à 1 850 m d’altitude. Ils initient une tradition pastorale, développée par la suite et toujours vivace de nos jours, entre élevage et fabrication de produits laitiers.

Isolés par l’altitude, les premiers habitants du Val d’Isère s’épanouissent sereinement, à l’abri des invasions qui émaillent le quotidien des basses vallées de Savoie, convoitées par la France, la Suisse et l’Italie pour leur emplacement stratégique.

Un territoire prisé et convoité

La Savoie et la Haute-Savoie, appelées Sabaudia au Moyen-Âge, forment un seul et même comté au XIème siècle, qui sera transformé en duché dès le XVème siècle. Rattachée à la paroisse de Tignes, la commune de Val d’Isère obtient son autonomie des mains du Pape en 1637, pour éviter à ses habitants un trajet dangereux à travers les gorges de la Daille. Une église est érigée sur les vestiges d’un édifice romain : toujours d’aplomb, elle constitue aujourd’hui une étape incontournable des chemins du baroque dans la vallée de la Tarentaise.

Val d’Isère fait partie des États Sardes quand le duc de Savoie devient roi de Sardaigne au XVIIIème siècle. Annexée par la France entre 1792 et 1814, la Savoie est restituée avec Nice au royaume de Piémont-Sardaigne en 1815, avant d’être de nouveau rattachée à la France en 1860.

Très influencés par les cycles de la nature, les habitants du village de Val d’Isère vivent alors au rythme des saisons, « hibernent » durant les hivers enneigés et profitent des courts étés pour mener leurs bêtes aux champs, travailler la terre et produire des fromages.

La station de ski de Val d’Isère, une révolution

Profitant d’une altitude favorable et d’un enneigement idéal, Val d’Isère devra attendre l’arrivée d’un industriel alsacien, Charles Diebold, en 1930, pour que son potentiel soit révélé et pleinement exploité. En 1932, il s’installe au village pour initier les locaux aux joies de la glisse lors de « cours vosgiens », et présente son projet au maire de l’époque. Quatre hôtels sont bâtis pour accueillir les touristes dans la station de ski de Val d’Isère; cet essor nouveau permet au village d’évoluer, de se doter d’un bureau de poste, d’une cabine téléphonique et d’être alimenté en électricité et en eau courante.

Entre 1932 et 1937, une nouvelle route tracée en direction du col de l’Iseran permet d’accéder aux montagnes en hiver et rompt ainsi l’isolement du village lors de la froide saison. Un téléphérique vient enrichir les modes de déplacement sur la station de ski de Val d’Isère, dès 1942. Une station qui devra attendre la fin de la guerre pour voir les skieurs peupler ses pentes, chaque année un peu plus.

Si vous vous intéressez à l’histoire de nos régions, nous vous recommandons l’article sur le barrage de Tignes. Ce barrage représente aujourd’hui le plus long d’Europe est constitue une merveille architecturale à admirer de la station de Ski du même nom.

Laisser un commentaire