Vallée de la Tarentaise : Pays d’art et d’histoire

0

Classée Pays d’art et d’histoire, la vallée de Tarentaise est riche d’un passé captivant qui a laissé son empreinte et de nombreux éléments encore visibles à l’heure actuelle. De la Préhistoire à nos jours, elle raconte ses mémoires au fil des monuments qui jalonnent cette province savoyarde.

Une histoire longue de plusieurs millénaires

Bien avant d’accueillir les skieurs du monde entier dans ses stations, le patrimoine de la vallée de Tarentaise a vu les siècles défiler et s’est transformé au gré de ses occupants.

De la Préhistoire à l’Antiquité

La présence humaine dans les hautes vallées de Tarentaise remonterait à la Préhistoire, après le retrait progressif des glaciers. Il faudra attendre l’arrivée des Romains, en l’an 15 avant notre ère, pour qu’Axima, l’actuelle Aime, devienne le chef-lieu de la province romaine des Alpes Grées. En -3 avant J.C. sera construite la voie romaine qui unit Vienne à Milan et qui traverse Moûtiers (Darantasia), Aime, Bourg-Saint-Maurice (Bergintrum) et le col du petit Saint-Bernard. À la fin du IIIe siècle, Darantasia devient la capitale de Tarentaise. Darantasia, qui deviendra Moûtiers au XIe siècle, inspirera d’ailleurs son nom, signifiant « eaux vives », à la vallée de la Tarentaise.

Moyen-Âge et époque moderne

En 996, l’archevêque de Tarentaise devient Comte, vassal direct de l’Empereur du Saint-Empire Romain Germanique. En 1416, le Comte Amédée VIII accueille à Chambéry l’empereur germanique Sigismond et l’accompagne en bateau jusqu’à Lyon. En guise de remerciement, le Comte est promu Duc de Savoie et Prince du Saint Empire Romain Germanique, marquant un tournant dans l’histoire de Tarentaise.

La Savoie subira de nombreuses occupations françaises au XVIe et XVIIe siècle. François Ier, Henri IV, Louis XIII, Richelieu et Louis XIV l’envahiront successivement et le français devient langue officielle pour tous les actes administratifs. La seconde moitié du XVIIe siècle voit fleurir les églises et les sanctuaires construits ou réaménagés dans le style baroque. Un renouveau qui favorisera la foi catholique face au protestantisme croissant en Europe et qui impactera visiblement le patrimoine de la vallée.

Époque contemporaine : place au ski

L’époque contemporaine signera les débuts sportifs de la Savoie, avec l’implantation du premier refuge de haute montagne en 1878. Il faudra néanmoins attendre 1910 pour que soit organisé le premier concours de ski de l’histoire de la vallée, à Moûtiers. Les deux guerres mondiales mettent l’essor sportif de Tarentaise en veille. Celui-ci reprend dès 1945 avec le projet d’une station de sports d’hiver entièrement créée par l’homme : une certaine station de Courchevel. Les stations de ski se développent dès la seconde moitié du XXe siècle et les Jeux Olympiques d’hiver d’Albertville et de la Savoie, en 1992, viendront couronner des décennies d’effort pour valoriser l’enneigement de la vallée de la Tarentaise.

Un patrimoine unique en Tarentaise

Les époques médiévale et moderne ont offert à la vallée de nombreuses églises et chapelles qui témoignent de l’Histoire riche de la région. Les chemins du Baroque permettent de découvrir ce patrimoine religieux grâce à un itinéraire de découverte thématique.

À Aime, les visiteurs pourront visiter l’église Saint-Sigismond, une église priorale considérée comme un chef d’œuvre de l’art romand lombard et bâtie au XIe siècle. À Peisey-Nancroix, les Montagnettes et Notre-Dame-des-Vernettes abritent une chapelle baroque du XVIIIe siècle ainsi qu’une source miraculeuse à 1800m d’altitude. À Moûtiers, la Cathédrale Saint-Pierre est au carrefour des âges et son esthétique a suivi différentes influences au cours des siècles. Avec son chœur roman du XIe siècle, une façade gothique bâtie au XVe siècle, ainsi qu’un avant-chœur du XVIIe et des nefs du XIXe siècle, elle constitue un élément important du patrimoine de Tarentaise.

Chaque ville et village dispose de sa propre église à l’atmosphère unique, à découvrir au cours d’une visite guidée ou au cours d’une visite libre.

Laisser un commentaire